Alt-F4 #8 - Une lettre d'amour à Factorio

Écrit par stringweasel, Zirr, Conor_, Therenas, Dexter of Rivia, Recon419A, trupen, ironic toblerone, TheKool, Frank_si_narra, Twisted_Code, Goose, édité par Therenas, nicgarner, traduit par bev, Firerazer le 09-10-2020

Sommaire

Pour ce numéro d’Alt-F4, nous avons décidé de faire quelque chose de spécial : demander à la communauté pourquoi exactement ils aiment tant ce jeu. Chacun a été invité à soumettre un court article détaillant ce qu’il préfère dans Factorio, ce que beaucoup ont fait rapidement. Voici donc les lettres, pour l’un des plus grands jeux de tous les temps, et pour l’équipe dévouée qui l’a fait devenir réalité au cours de ces huit dernières années !

Image de Compilatron recevant une lettre d'amour de la part d'un bras (Avec la permission de Credne)

J’aime Factorio parce qu’il n’est pas bling-bling stringweasel

J’aime Factorio parce qu’il n’est pas bling-bling. Chaque aspect est examiné, affiné et remis en question de manière approfondie. Chaque objet, mécanique de jeu, élément d’interface graphique et son. “Cela fait-il vraiment partie de notre vision ?” et “Oui, mais peut-on faire mieux ?” Il n’y a pas de contretemps, pas de mécanique bizarre et dépassée à laquelle vous devez faire face. Tout a un but bien défini vers l’objectif unique : l’automatisation.

Et le jeu n’est pas excessif. Il n’y a pas de lumières clignotantes ni de sons joyeux lors du lancement d’une fusée, par exemple. (Bien que ce grondement me donne encore la chair de poule.) Vous pourriez même le manquer si vous êtes trop loin. Mais c’est quand même satisfaisant parce que vous savez ce qu’il a fallu pour lancer cette fusée. Vous savez que vous avez placé chaque bras, chaque machine d’assemblage, et vous connaissez le chemin que chaque morceau de minerai de fer a suivi pour devenir un satellite.

Voici pourquoi je reviendrai toujours à ce jeu.

J’aime Factorio pour sa communauté Zirr

Quand j’ai créé le sous-Reddit de Factorio sur un coup de tête il y a presque huit ans, après avoir trouvé un jeu attrayant sur Indiegogo, je ne m’attendais pas à grand-chose - et certainement pas à plus de 200 000 abonnés. Après avoir consacré plusieurs centaines d’heures à sa gestion, je peux dire que cela a été une immense joie.

Il y a une tendance à l’augmentation des sous-Reddits et à leur hostilité, principalement envers les nouveaux arrivants, mais je ne ressens pas du tout cela avec /r/factorio. En tant que communauté, elle a très bien accueilli les phases de croissance, dont les plus importantes ont été le lancement sur Steam et Factorio 1.0. J’attribue principalement cela à des facteurs tels que le fait qu’il s’agisse d’un jeu non compétitif, qu’il soit axé sur la collaboration et qu’il attire un public plus adulte. Bien sûr, cela aide aussi que le jeu et les développeurs soient absolument fantastiques ; j’imagine que la situation serait très différente autrement. La communauté est vraiment géniale - ce très bon ALT-F4 en est la preuve. Merci à tous ceux qui font de la communauté ce qu’elle est !

J’aime Factorio à cause des trains Conor_

Chaque fois que je joue à Factorio en mode multijoueur (ce qui représente la majeure partie de mon temps de jeu), c’est toujours moi qui construis les trains. TOUJOURS. Nous nous retrouvons généralement avec des bases massives qui fonctionnent toutes sur un réseau de trains qui a été constitué à la hâte, mais qui nous permet (en collaboration avec le mod TSM) de construire des zones de production simples sans avoir à assembler toutes les parties manuellement. Les programmeurs reconnaîtront ce principe comme l’“effet de bibliothèque” ; il nous permet de dire des choses comme “Pourquoi me soucierais-je de l’endroit où les plaques de fer sont fabriquées ? J’essaie juste de faire des foutus packs de science rouges”.

Sans les trains, Factorio serait un fouillis de convoyeurs en spaghetti et de tuyaux chaotiques ; les trains apportent de l’ordre au jeu. Ils sont la partie la plus importante de Factorio, car ils nous permettent de construire de nombreux produits différents sans avoir à considérer d’où vient chaque pièce de plastique ou de fer.

Partie d'une grande base SpaceX basée sur les trains

J’aime Factorio à cause des mods Therenas

J’ai joué à ce jeu pendant plusieurs centaines d’heures. À un moment donné, je me suis mis à le modifier, à y passer beaucoup plus d’heures, ce qui a remplacé la plupart de mon temps de jeu depuis lors. C’est enivrant de pouvoir modifier activement son jeu préféré, surtout quand l’interface fournie est aussi fiable.

Dans de nombreux jeux, vous devez souvent bidouiller votre mod avec du ruban adhésif et une prière, pour le voir se casser complètement après une mise à jour mineure. Avec Factorio, les développeurs corrigent activement des problèmes que seuls les mods rencontrent. Ils sont également très réceptifs aux commentaires de la communauté. Le jeu et l’interface de modding diffèrent d’au moins une douzaine de façons mineures, simplement parce que j’ai écrit deux phrases sur les forums en demandant que cela soit ainsi.

De plus, la communauté de modding elle-même est incroyable, fournissant des réponses à toutes les questions liées aux mods sur le Discord, écrivant des guides, et en gardant le wiki à jour.

J’aime Factorio à cause de l’attention portée aux détails Dexter of Rivia

J’aime Factorio pour l’amour et le souci du détail qui lui ont été donnés. Chaque pièce du puzzle logistique s’assemble à sa manière. Il n’y a pas de contraintes strictes sur la façon dont je peux construire mon usine, et il n’y a pas de mauvaise façon de procéder. Factorio est le premier jeu auquel j’ai joué depuis des décennies qui vous permet vraiment de construire selon vos envies à partir de zéro, sans avoir l’impression de manquer de repères ou de tout recevoir sans effort. Le premier lancement de fusée sur une carte n’est que le début, c’est le point où le jeu s’ouvre vraiment à moi. Observer et expérimenter la croissance et l’épanouissement du jeu au cours des huit dernières années a été rien de moins que merveilleux, et le voir aboutir est surréaliste. Je vous remercie pour ces années de travail et de dévouement.

J’aime Factorio parce qu’il progresse avec moi Recon419A

J’aime Factorio parce qu’atteindre un objectif est toujours un début, et jamais une fin. Peu importe la hauteur à laquelle je grimpe, il y a toujours un autre sommet.

J’aime Factorio pour sa liberté de création trupen

J’aime Factorio parce qu’il me fait sentir intelligent après des heures passées à concevoir les spaghettis que j’appelle mon usine. C’est génial que chaque partie de ma base soit construite par moi-même et que tout cela ait un impact sur l’ensemble de la production. Chaque fois que je résous un engorgement, je me sens plus intelligent de quelques points de QI, en ignorant le fait que c’est moi qui ai créé ce goulot d’étranglement au départ. Le jeu ne vous force pas à faire quoi que ce soit tout en vous donnant la possibilité de tout faire, ce qui est le meilleur type de “bac à sable”. Aucun autre jeu sur le marché n’est aussi bon pour vous donner ce sentiment de liberté de créer.

Moi aussi, j’aime Factorio à cause de la communauté ironic toblerone

Qu’est-ce que j’aime le plus chez Factorio ? C’est facile : la communauté ! Je fais partie de la communauté Factorio depuis plus de trois ans déjà. J’ai commencé à jouer en 0.14, à une époque où le nucléaire n’existait pas, où les robots étaient encore surpuissants et où, comme j’étais très mauvais pour la signalisation, mes trains se rentraient les uns dans les autres. Désolé pour ça, les trains. J’aime la façon dont la communauté a grandi et a trouvé de nombreuses idées géniales telles que le moteur ray-casting, les tapis sanguins, et bien d’autres concepts que je n’aurais pas cru possibles dans Factorio. La communauté a inventé tant de choses étonnantes qui sont incroyables à regarder et à explorer, qui m’ont permis de rester actif et de m’épater régulièrement.

J’aime Factorio à cause du mode multijoueur TheKool

La plupart des jeux sont meilleurs avec des amis, et Factorio en est un parfait exemple. La complexité d’une carte donnée et les nombreuses tâches différentes à accomplir font qu’il est plus facile que pour n’importe quel autre jeu auquel j’ai joué à plusieurs personnes de contribuer de manière significative à un objectif commun, au lieu de simplement jouer les uns à côté des autres sur la même carte. C’est ce niveau d’engagement qui m’a finalement incité à commencer à jouer en streaming, et j’espère que cela inspirera d’autres personnes à se connecter avec des amis, anciens ou nouveaux.

J’aime Factorio car c’est mon échappatoire Frank_si_narra

J’aime Factorio car il me permet de me retirer de la réalité pendant quelques heures, ce qui est juste ce dont j’ai besoin pour me permettre de revenir dans le monde réel et de me concentrer sur les problèmes avec un esprit frais et disposé.

J’aime Factorio pour ses optimisations Twisted_Code

J’aime Factorio pour toutes les possibilités d’optimisations qui s’offrent à nous. Depuis les circuits logiques aux lignes de productions et aux designs de bases comme les bus ou les quartiers, et peut être aussi pouvoir placer là où ça passe une machine ; il y a toujours quelque chose à améliorer. Même choisir le bon moyen logistique peut être soumis à discussion, aboutissant à de multiples solutions, quelques-unes étant plutôt… novatrices.

J’aime Factorio à cause des bras thermiques Goose

Alors que Factorio a plein d’aspects qui méritent mon amour, ce que je préfère, c’est la possibilité infinie de créativité, particulièrement en utilisant les bras thermiques. C’est l’un des plus lents, des plus inefficace et des plus pénibles pour la construction. La plupart des joueurs n’en fabriquent que quelques-uns, alors que j’ai créé une usine complète en utilisant exclusivement des bras thermiques. Avec leur lenteur et leur nécessité d’avoir du carburant, ils demandent souvent d’être utilisés en commun pour obtenir les mêmes performances qu’un bras électrique plus rapide. Cela a tendance à devenir plutôt étroit et une pensée critique est particulièrement nécessaire pour optimiser chacune des lignes de productions. Cette restriction m’a poussé à construire avec toujours plus de créativité que jamais, et a réellement mis à l’épreuve mon savoir des plus profondes mécaniques du jeu.

Production de circuits verts utilisant les bras thermiques

Nuage de mots

Stringweasel et pocarski ont eu la gentillesse de réaliser un nuage de mots avec les mots les plus fréquents dans cette lettre. Le résultat est vraiment bon, il reflète beaucoup des choses que nous associons au jeu. N’hésitez pas à l’explorer un peu !

Un nuage de mots avec les mots les plus fréquents dans cette lettre